Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
La Tour de Livres

Triangle des Bermudes #1 : La France en trois époques

21 Avril 2016, 13:00pm

Publié par Valentia

                    Quoi ? Encore un nouveau format d’article ? Eh oui.

                Vous vous en doutez, surtout si vous suivez mon évolution dans le 2016 Reading Challenge ou que vous me suivez sur Livraddict, il m’arrive de lire des livres dont je ne vous parle pas. Et ce n’est pas parce qu’ils ne le méritent pas, ou parce que je les oublie, ou n’importe quelle autre raison. C’est simplement que j’estime ne pas avoir assez de matière pour écrire un article entier. Ce qui est parfois dommage, puisque certains ne méritent pas d’être perdus dans les limbes. D’où cette idée du Triangle des Bermudes.

                Je vous présenterai de temps en temps, à un rythme inconnu puisque ça dépendra de mes lectures, trois livres qui font partie de cette catégorie. Et on commence tout de suite avec trois ouvrages qui sont assez différents de mes lectures habituelles…

 

Afficher l'image d'origineLa Reine des Quatre Royaumes, Princesse Michael de Kent, Télémaque, 2014

                Nous voilà en France dans les années 1400. Yolande d’Aragon, dix-neuf ans, vient d’épouser le duc Louis II d’Anjou dont elle tombe follement amoureuse, alors que lui semble amoureux d’une chimère : son royaume perdu de Naples. Epouse modèle, mère exigeante mais aimante, régente exemplaire, Yolande se forge au fil des années un caractère d’acier et une volonté de fer, qui vont permettre au souverain légitime, Charles VII, de monter sur le trône de France, entre autres grâce à l’aide d’une certaine Jeanne d’Arc…

                La plume de l’auteur est fluide et très agréable, au point de m’avoir fait dévorer en deux jours un ouvrage de 400 pages sur une période de l’histoire qui ne m’a jamais intéressée. Une biographie romancée, donc, première d’une trilogie, qui est fort divertissante tout en restant instructive. Que vous soyez passionné par la Guerre de Cent Ans ou comme moi simple novice, jetez-vous dedans. Moi, je vais de ce pas commander la suite : Agnès Sorel, Maîtresse de beauté.

 

 

Afficher l'image d'origineVoltaire ou le jihad : Le suicide de la culture occidentale, Jean-Paul Brighelli, L'Archipel, 2015

                Passons à quelque chose de beaucoup plus moderne, à savoir un essai contemporain sur le rapport entre la radicalisation des jeunes et le déclin croissant de la culture en France. S’attaquant principalement au bordel (excusez le terme, mais je n’en vois pas d’autre) qu’est le système éducatif à l’heure actuelle, Brighelli nous rappelle qu’une personne qui n’a pas les mots a tendance à s’exprimer avec les poings.

                Je ne suis, de loin, pas en accord avec toutes ses théories ou ses mises en relation, mais son ouvrage dans l’ensemble a le mérite de faire réfléchir, et il soulève parfois des points extrêmement pertinents. Ce qui m’a quelque peu gênée dans ma lecture, c’est une constante et violente diatribe anti-rousseauiste, alors que le sujet de la discussion en est tout de même assez éloigné. Certes, dans le système actuel subsiste peut-être une influence de Rousseau, et l’évoquer, pourquoi pas. Mais en faire des pages et des pages ! Je ne le conseillerais pas absolument, mais si le sujet vous intéresse, allez-y tout de même.

 

 

Afficher l'image d'origineSade, L’Ange de l’ombre, Gonzague Saint-Bris, Télémaque, 2013

                Un écrivain qui a plutôt l’habitude d’évoquer les classiques français (Balzac, Musset, Dumas) ou les intrigues de cour qui se lance dans une biographie du Divin Marquis ? Après tout, pourquoi pas. D’autant plus qu’il a eu accès à des documents inédits grâce au concours de ses descendants, atout essentiel pour s’illustrer dans la jungle des biographies déjà existantes…  L’homme ne peut pas laisser indifférent : il fascine ou il choque mais il est, dans tous les cas, d’une effrayante modernité.

                L’écriture est en tout cas très agréable, et les chapitres sont séparés par des petits interludes concernant un aspect précis de la vie du Marquis : son rapport au théâtre, l’amour de sa femme, son évolution dans la postérité, ou encore le destin romanesque d’un manuscrit perdu. Cela donne parfois lieu à des redondances avec le contenu des chapitres eux-mêmes, mais ce n’est pas si gênant. En tout cas, l’ouvrage permet d’apprendre à connaître le marquis de Sade aussi bien dans ce qu’on sait de sa vie que dans son rapport à ses œuvres. Et même si, comme toujours, l’Histoire nous laisse quelques vides à combler, la biographie semble bien complète, et permet une première approche. Pour ceux qui voudraient en savoir plus, une bibliographie en fin d’ouvrage fournit une liste d’un bon nombre d’écrits ayant trait au sulfureux Marquis. Et pour ceux qui ne le connaîtraient pas encore, je ne peux conseiller qu’une chose : lisez Sade d’abord !

Commenter cet article